Un des objectifs du « tourisme noir », est d’offrir des expériences de visites authentiques, préférant le réalisme dur aux fantasmes photoshoppés et les vérités locales par rapport à la propagande des offices de tourisme. C’est un type de voyage qui gagne de plus en plus d’adepte.

Le genre a également acquis une respectabilité retrouvée dans les cercles académiques après la création de l’Institute for Dark Tourism Research (iDTR) à l’Université du Lancashire en Angleterre en 2012, qui le définit comme: “l’acte de voyager vers des sites, des attractions et des expositions de mort, de catastrophe ou d’apparence macabre. Le tourisme noir est une activité de consommation de grande envergure et souvent controversée qui peut provoquer un débat sur la façon dont la mort et les morts sont emballés et consommés dans l’économie des visiteurs moderne. ”

Ces attractions, qui comprennent à la fois le mémorial du 11 septembre à New York et le château de Dracula en Roumanie, gagnent en popularité auprès des visiteurs d’Asie du Sud-Est, où des sites relatant la guerre du Vietnam et le tsunami asiatique de 2004, la montée du colonialisme et les retombées de la Seconde Guerre mondiale, fournissez des aperçus et des frissons à doses égales.

  1. Hanoi Hilton

L’histoire est pleine d’ironies orwelliennes, comme les opprimés se transformant en oppresseurs.

La prison de Hoa Lo, construite par les Français en 1896 pour abriter les révolutionnaires vietnamiens, est l’un de ces paradoxes – elle est finalement devenue une prison pour les communistes pour maintenir les pilotes de chasse américains au sol par des coups de feu au-dessus du Vietnam du Nord.

Lorsque les destinations du « tourisme noir » sont présentées avec un panache artistique, les résultats vont bien au-delà de la politique partisane et des objectifs de propagande.

Le « Hanoi Hilton », comme il a été sarcastiquement surnommé par ses détenus américains, utilise une approche multimédia pour évoquer la réalité du couloir de la mort.

Un éclairage tamisé et des effigies de prisonniers enchaînés sont combinés avec des gravures expressionnistes de détenus sur les murs de la cour, des séquences filmées granuleuses de scènes de combat aérien et une véritable guillotine française utilisée pour décapiter les prisonniers vietnamiens, pour fournir un niveau d’immersion physique et psychologique qui se sent comme l’incarcération.

  1. Musée de médecine légale de Bangkok

Les étudiants qui viennent se familiariser avec l’anatomie au musée de médecine légale Songkran Niyomsane dans la capitale thaïlandaise s’inclinent pour remercier les squelettes dans les vitrines qu’ils appellent “ajarn yai” (directeur).

Pour eux, c’est une salle de classe pas une crypte.

Le cadavre préservé du tueur en série le plus prolifique du pays, See Ouey, est conservé dans une vitrine. De nombreux adolescents qui visitent le musée s’extasient devant les photos d’autopsie et les pièces à conviction de A à Z des armes du crime.

Mais ce sont aussi des instructions.

Les images ne montrent ni la violence glamour que l’on retrouve dans les films hollywoodiens (le ballet au ralenti des balles volant et des corps tombant), ni la violence caricaturale des jeux informatiques.

Ce qu’ils dépeignent, ce sont des tranches de mort servies crues et réelles.

Mais il y a un côté plus brillant au tourisme sombre.

Devant les bocaux en verre contenant les minuscules fœtus de nourrissons et de bébés mort-nés, les habitants ont laissé des bonbons, des poupées et des jouets pour apaiser leurs esprits, faire valoir le mérite bouddhiste et éloigner les hantises.

  1. Musée de la guerre de Penang, Malaisie

Assis au sommet de “Ghost Hill”, à côté des cimetières chinois et des tours, le Penang War Museum en Malaisie a la réputation d’être un des endroits les plus hantés d’Asie.

Mais il est peut-être plus hanté par l’histoire que par les forces d’un autre monde.

Le musée de Penang ne fait pas exception.

Une grande partie de son histoire tourne autour des atrocités de la Seconde Guerre mondiale.

Comme la légende de « Vlad l’Empaleur », un souverain despotique de Roumanie, a donné naissance à la légende de Dracula, ainsi la réputation sanguinaire d’un colonel de police japonais nommé Tadashi Suzuki, dont le compagnon constant était une épée de samouraï qu’il utilisait pour décapiter les habitants, a créé un fantôme dit hanter toujours “Ghost Hill”.

On dit que quelques autres goules dont les effigies ornent les sentiers qui serpentent autour du musée errent librement – des goules que les travailleurs affirment avoir vues lors du nettoyage de la propriété il y a environ 10 ans.

  1. Pierres tombales du tsunami

Les vagues imposantes déclenchées par le tremblement de terre sous-marin au large des côtes indonésiennes du 26 décembre 2004 ont fait des victimes aussi loin que la Somalie et ont déclenché des répliques en Alaska.

La pire catastrophe naturelle du siècle à ce jour, le tsunami a fait des ravages le long de la côte d’Andaman en Thaïlande.

Le mémorial le plus important est un bateau de police sur Khao Lak – la communauté balnéaire au nord de Phuket qui a porté le poids de la colère des vagues en Thaïlande.

Long d’environ 20 mètres et énorme de 50 tonnes, le navire a été balayé à environ un kilomètre à l’intérieur des terres, où il est resté immobile au pied d’un contrefort.

Il se trouve à quelques minutes à pied du musée international des tsunamis, chargé de photos et de vidéos mais léger sur la science et les artefacts.

Plus loin sur la côte, dans le village côtier de Ban Nam Khem, qui a été presque complètement anéanti après avoir été frappé par trois vagues successives, deux chalutiers de pêche, connus localement sous le nom de “Blue Angel” et “Red Devil”, ont été laissés dans un terrain vide à un kilomètre à l’intérieur des terres pour commémorer les 6 000 victimes en Thaïlande.

Toujours dans le village, le Tsunami Memorial Park comprend un tunnel en forme de vague menant devant des plaques, des photos, des fleurs et d’autres offrandes pour les morts.

Les images du musée voisin relatent les collaborations entre les volontaires et les habitants, les voyageurs et les expatriés, les moines et les professionnels de la santé et les travailleurs manuels, qui ont formé une équipe ponctuelle d’altruistes en action.