En Chine, des centaines de milliers d’enfants ont reçu des vaccins inefficaces et peut-être dangereux. Pékin tente de contenir le scandale. Mais la colère de nombreux parents ne connaît presque pas de limites.

De nombreux Chinois ne font plus confiance à leur gouvernement en matière de santé

Depuis que le grand scandale des vaccins a éclaté en Chine, Fang Fang cherche sur Internet des vols bon marché. Sa fille de quatre ans doit bientôt recevoir sa prochaine vaccination, et pour la mère, il est clair : “Nous ne faisons cela qu’au Japon”. Fang Fang a complètement perdu confiance dans le système de santé de son pays ces jours-ci.

Comme de nombreux parents chinois qui forment aujourd’hui des groupes de voyageurs vaccinés et emmènent leurs enfants dans la Région administrative spéciale de Hong Kong, considérée comme sûre, ou à l’étranger, Fang Fang est stupéfaite de voir à quel point la santé de centaines de milliers d’enfants a été une nouvelle fois mise en danger dans leur pays d’origine. Elle est en colère contre Changsheng Biotech, l’entreprise au centre du scandale actuel. Mais aussi au gouvernement, qui est probablement en partie responsable du laxisme de la supervision.

Comme on ne le sait que depuis peu, Changsheng a vendu l’automne dernier un vaccin combiné inefficace et peut-être même dangereux contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, qui a été administré à au moins 200 000 jeunes enfants. En outre, la police a trouvé des preuves que la société aurait falsifié des documents sur les données de production des vaccins antirabiques. Un autre fabricant est également visé par les enquêteurs. Dans la province de Hebei, plus de 140 000 enfants ont reçu des injections de vaccins DTC endommagés de l’Institut des produits biologiques de Wuhan, rapporte le China Daily.

Mandat d’arrêt contre 18 employés

Le fait que le président Xi Jinping intervienne personnellement et exige une “punition sévère” montre à quel point la nervosité est grande à Pékin ces jours-ci. Mais jusqu’à présent, on n’a pas vu grand chose de la clarification complète que le chef de l’État chinois a également exigée. Des mandats d’arrêt ont été lancés contre 18 employés de Changsheng Biotech. Mais qu’en est-il des fonctionnaires ou des agents qui n’ont pas rempli leurs fonctions de supervision ou qui peuvent même avoir accepté des pots-de-vin ? Il n’en est pas fait mention dans les médias d’État qui laissent filtrer peu d’informations sur le sujet.

Au lieu de cela, les censeurs travaillent à toute vitesse et suppriment les commentaires critiques des réseaux sociaux. Un groupe de parents en colère qui a manifesté mardi devant les autorités sanitaires de Pékin a été tenu en échec par des dizaines de policiers. D’autres parents, qui parlent aux journalistes étrangers des maladies ou même des handicaps de leurs enfants parce qu’ils ont reçu des vaccins défectueux, subissent une pression massive de la part de la sécurité de l’État.

Cette procédure rappelle les scandales précédents, dans lesquels Pékin s’efforçait avant tout de contenir l’indignation du public. Tout a commencé en 2008 avec le lait en poudre contaminé à la mélamine, dont 300 000 nourrissons sont tombés malades et six sont morts. En 2012, des dizaines de sociétés pharmaceutiques avaient utilisé de la gélatine à forte teneur en chrome pour des millions de gélules de médicaments. Il y a deux ans, il y a eu un scandale de vaccination dans lequel des vaccins défectueux ont été vendus dans toute la Chine.

Une crise de confiance qui ne date pas d’hier

D’autres entreprises pharmaceutiques chinoises se préparent maintenant à en subir les conséquences. Cette affaire est “un désastre pour toute l’industrie”, déclare le directeur du fabricant de médicaments Fosun Pharma, basé à Shanghai. Parce que même les entreprises qui ne sont pas impliquées dans le scandale sont maintenant susceptibles d’être arrêtées par les consommateurs.

Le scandale du lait en poudre a montré combien les Chinois ont la mémoire de ces crimes : Aujourd’hui encore, dix ans plus tard, les rayons des pharmacies allemandes sont régulièrement balayés par les clients chinois parce qu’ils ne font tout simplement plus confiance aux produits de leurs propres fabricants.